Quand le cinéma choisit Lyon comme décor

Lyon vous manque ? Ou vous avez envie de (re)voir la ville autrement qu'en vous baladant sur le navigateur streetview ? Heureusement que le 7ème art est là pour nous montrer la capitale des Gaules sous un autre angle. Voici quelques pépites cinématographiques ayant Lyon comme épicentre.

Date de dernière mise à jour : 09/04/2020

L’Armée des ombres, de Jean-Pierre Melville (1969)

Considéré par la critique et le public comme le meilleur film sur la résistance française jamais tourné, ce chef d’oeuvre du cinéma noir a pour noyau la ville de Lyon où le héros Philippe Gerbier – campé par un sublime Lino Ventura – a élu domicile.

L’Horloger de Saint-Paul, de Bertrand Tavernier (1974)

Inspiré du livre L’Horloger d’Everton de Georges Simenon, ce thriller réalisé par le président de l’Institut Lumière met aux prises Michel Descombes (le superbe Philippe Noiret) au commissaire Guiboud (le tout aussi superbe Jean Rochefort) dans une sale histoire de meurtre. Fascinant. La majeure partie de l’action se déroule dans le Vieux Lyon (d’où le titre. Malin, non ?). Un reportage sur le tournage ci-dessous.

Une affaire de goût, de Bernard Rapp (1999)

Comment faire l’impasse sur ce thriller gastronomique où Bernard Giraudeau campe un riche industriel qui engage un jeune serveur comme goûteur personnel du côté. On y voit pelle-mêle la tour de la Part-Dieu, les berges du Rhône, le « funi » et quelques belles tables.

Les liens du sang, de Jacques Maillot (2008)

Encore une histoire de duo. Cette fois-ci, ce sont deux frères lyonnais que tout oppose Gabriel le voyou (François Cluzet) et François le preux policier (Guillaume Canet). Une histoire de réinsertion difficile, de rédemption avec comme toile de fond le Lyon de la fin des années 70 (où l’on voit le théâtre antique de Fourvière). Un film beau et brutal.

Les Lyonnais, d’Olivier Marchal (2011)

Perrache, Ainay, pentes de la Croix-Rousse, Vieux Lyon, prison de Montluc… Olivier Marchal a filmé Lyon sous quasiment tous les angles pour raconter le destin de Momon Vidal (interprété par l’impeccable Gérard Lanvin) gangster à la tête du mondialement (et tristement) connu gang des Lyonnais.

Toutes nos envies, de Philippe Lioret (2011)

Une jeune juge (Marie Gillain) s’associe à un confrère désabusé (Vincent Lindon) dans une bataille pour l’honneur. Un film magnifique sur la révolte, la dignité et l’urgence sociale où l’on se balade  du côté du quai Saint Antoine ou encore de l’avenue Maréchal de Saxe.

Pour une femme, de Diane Kurys (2013)

La réalisatrice lyonnaise de naissance a tourné la majeure partie de ce drame familial à Lyon (Place Sathonay, Tête d’Or, Presqu’île etc.) où l’on peut voir Benoît Magimel, Mélanie Thierry, Sylvie Testud (coucou c’est encore Lyon) ou encore Denis Podalydès.

Alice et le Maire, de Nicolas Pariser (2019)

Paul Théraneau (Fabrice Lucchini) est un maire à bout de souffle, en panne totale d’inspiration. Une jeune et brillante philosophe va lui donner un coup de fouet. Place Louis Pradel, place de la Comédie, Musée des Confluences, quartier Préfecture… Un superbe panorama pour un film touchant.

Fun fact :

Saviez-vous que la course de pod dans Star Wars La Menace Fantôme a été tournée à l’hippodrome de Parilly ? Non ? Evidemment puisque c’est complètement faux.

 

Antoine

Lui, c’est Antoine. Notre rédactrice à moustache. S’il a réussi à s’intégrer dans cette équipe, jusque-là composée uniquement de filles, c’est parce qu’il a su montrer le meilleur de lui-même. A savoir sa part de féminité…

Lyon City Card
Tout Lyon en une seule carte

Lyon City Card

Ce pass indispensable vous permet de profiter pleinement de votre séjour sur 1, 2, 3 ou 4 jours.

En savoir plus
Visiter Lyon
Réservez toutes vos

Visiterlyon.com

Découvrez la ville autrement : croisières, excursions, tours gastronomiques, etc.

En savoir plus

Attention, notre site est optimisé pour les navigateurs récents.
Pour un affichage optimal des différents contenus, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.