Only Lyon - Tourisme et Congrès

Hélène Lafont-Couturier
Musée des Confluences - détail
Musée des Confluences
Hélène Lafont-Couturier © Quentin Lafont
Musée des Confluences - détail © Nicolas Villion
Musée des Confluences © Nicolas Villion

Hélène Lafont-Couturier

Musée des Confluences

Rencontre avec Hélène Lafont-Couturier, directrice du musée des Confluences.

Le Musée des Confluences se présente comme un musée des sciences et des sociétés. Mais que retrouve-ton en parcourant ses espaces ?

Sur 3 000 m², le parcours permanent propose un récit en quatre actes, quatre salles aux scénographies exceptionnelles qui racontent l’homme : « Origines, les récits du monde », « Sociétés, le théâtre des hommes », « Espèces, la maille du vivant », « Éternités, visions de l’au-delà ».
Les objets présentés dialoguent entre eux et participent à ces récits : météorites, ammonites, oiseaux de Cochinchine, microscope de Huygens, mandibule d’Homo Sapiens, Spoutnik, sculptures sénoufo, armures de Samouraï…

Qu’est-ce qui fait la singularité de cette approche muséographique ?

Le musée des Confluences est unique au monde par son architecture et son point de vue sur la confluence du Rhône et de la Saône. Ses collections sont également incroyables : constituées depuis le XVIIème siècle, elles comptent plus de 2 millions d’objets. Elles sont faites de curiosités infinies, issues d’érudits et d’amateurs passionnés, qui se sont enrichies de compléments rationnels ou d’engouements d’une époque.

Présentées en partie dans le parcours permanent, elles sont régulièrement mises à contribution dans nos expositions temporaires. Certaines font également l’objet de recherches scientifiques en cours.
D'autre part, le choix de présenter 4 scénographies différentes dans le parcours permanent et de traiter les objets en regards croisés est inédit dans l’univers varié des musées.
Ainsi une toile aborigène côtoie un cercle répétiteur du 19ème siècle, témoins tous deux de la nécessité pour l’homme d’organiser son territoire quand il vit en société.

Outre l’exposition permanente, que va-t-il se passer au Musée des Confluences ?

Nous proposons 4 à 6 expositions temporaires par an. De l'ouverture jusqu’à l’été 2015, « les Trésors d’Emile Guimet » et « la Chambre des Merveilles », ont été nos deux expositions inaugurales, clin d’oeil aux racines du musée.
Depuis l’automne 2015, il y a des saisons culturelles thématiques : l’innovation (2015-2016), le corps (2016-2017) et l’imaginaire (2017-2018).
Depuis le printemps 2015, des rendez-vous culturels sont aussi très régulièrement proposés : concerts jazz et musiques du monde, conférences scientifiques, week-end festif sur le thème « passion collections » par exemple.
Nos espaces sont ouverts à une large programmation culturelle, souvent aussi en résonance avec les autres institutions culturelles lyonnaises telles que les Biennales ou le festival Lumière.

 

Hélène Lafont-Couturier

Hélène Lafont-Couturier est actuellement directrice du musée des Confluences.
Après un premier poste de conservateur au Musée des Beaux-arts de Bordeaux, elle est chargée par la ville de Bordeaux de créer le Musée Goupil.
En 1996, elle assure l’intérim du CAPC Musée de Bordeaux, puis est nommée à la direction du Musée d’Aquitaine.

Parallèlement, de 1998 à 2000, le Musée du Louvre lui confie une mission d’étude sur la collection de la Chalcographie du Louvre.
En 2005, elle conduit le projet du Musée National des Cultures et de l’Histoire de l’Immigration à Paris qui a ouvert ses portes au public le 10 octobre 2007.

Elle est l’auteur de plusieurs articles sur la Maison Goupil et sur la question de la diffusion de l’art au XIXe  siècle, ainsi qu’une monographie sur le peintre Jean-Léon Gérôme aux éditions Herscher en 1998. 

voir tous les commentaires

voir tous les commentaires

Tous les champs sont obligatoires

Réservation

Powered by Logo pilgo

Musée des Confluences - Extérieur Let's Meet in Lyon

Meetings, Incentives, congrès, expositions par Only Lyon Tourisme et Congrès.

Let's Meet in Lyon