Only Lyon - Tourisme et Congrès

Nathan Leitner, Président du Skatepark de Lyon
Loïc Benoit, Photographe de Skate
Skate park sur les berges à Lyon

Lyon, pôle européen et mondial du Skate

Loïc Benoit et Nathan Leitner

Encore aujourd'hui, on fait du skateboard pour se différencier et se démarquer

Pouvez-vous nous dire qui vous êtes et décrire le lieu où nous sommes ?

Nathan Leitner (NL) : Je m'appelle Nathan Leitner et je suis professeur d'Histoire-Géographie. Pendant mon temps bénévole, je suis le Président de l'association qui gère le Skatepark de Lyon, l'A.D.R.S.B. (Association pour le développement du Roller-Skateboard-BMX).
Loïc Benoit (LB) : Je m'appelle Loïc Benoit, je suis passionné de skate depuis des années et en ma qualité de photographe indépendant, je travaille énormément avec des skateurs lyonnais. Je réalise par ailleurs un magazine sur la pratique dans notre ville et qui s'appelle Gone ( http://goneskatemag.com/ ).
NL : Le Skatepark de Lyon est une surface couverte de 1500m² et qui est la seule de cette taille dans la région qui permette de pratiquer les sports de glisse urbain sans se préoccuper de la météo ! Notre association compte environ 5500 adhérents, qui est la plus grande du Rhône.
LB : J'ai commencé le skate à la fin des années 80, lors de la 2ème grosse vague d'arrivage de ce produit en provenance des Etats-Unis. C'est lors de cette vague que s'instaurèrent des infrastructures et un véritable réseau de distribution de produits. Encore aujourd'hui, heureusement, on fait du skateboard pour se différencier, se démarquer, et ne pas se sentir bloqué par un cycle de chronomètre, entraîneur et entraînement.

Que propose le skatepark ?

NL : Nous essayons de mettre en place toute une série de mesures pour faire en sorte de développer la pratique, ce qui est notre véritable objectif. Dans ce cadre-là, nous avons des enseignants de skate qui ont un brevet d'Etat, spécialisés en skateboard, tels que Mathieu Hilaire. Ces personnes, connues dans le milieu lyonnais, dispensent, au sein du skatepark, des cours d'initiation et d'apprentissage.
Nous accueillons également plusieurs événements liés à la pratique, pour promouvoir sa diffusion. Par exemple, nous avons organisé la 2ème étape du championnat de France de Big sur notre half-pipe.
Enfin, nous avons notre site web, http://skateparkdelyon.com/ . Nous avons lancé en 2012 un projet du nom de Blacklist, où périodiquement, nous mettons en avant un skateur lyonnais.

Que représente Lyon dans le monde skateboardistique ?

LB : Au début des années 2000, Lyon était l'une des plus grosses villes européennes et même mondiales pour la pratique du skate. Cela reste encore le cas aujourd'hui. Le nom « Gorge de Loup » est connu dans le monde entier car il a été filmé et médiatisé. Des skateurs sont venus du monde entier pour tester ce spot.
NL : A l'époque, il y avait le Conforama de Caluire qui attirait bien du monde, ainsi que les ledges de Foch qui sont toujours d'actualité. Lyon a aussi suivi le mouvement et a permis la création de nouveaux spots dans la ville dans les nouveaux quartiers tels que la Confluence.
LB : Nous sommes dans un skatepark, où une partie de la pratique se fait, mais il faut rappeler que le skate vient de la rue et tient à y rester. Il faut quand même noter qu'il y a de plus en plus de projets architecturaux qui incluent le skate dès leur conception. Les architectes travaillent en corrélation avec des skateurs pour créer des emplacements qui permettent une cohabitation entre les différents modes de transport. Tout cela dans un but de bien-être et de ville nouvelle.

Crédits images:
Arnaud Chentil (Prises au Skatepark de Lyon)
Fred Mortagne (Prises de vue au début des années 2000)
laisser votre commentaire

laisser votre commentaire

Tous les champs sont obligatoires

Réservation

Powered by Logo pilgo

Map
gmap