Only Lyon - Tourisme et Congrès

Visite guidée de la biennale d’art contemporain 2013

Mickaël Roy, médiateur culturel à la biennale d’art contemporain, nous présente dix œuvres de cette édition « Entre temps, brusquement et ensuite » : dix façons de raconter une histoire, mais surtout l’Histoire… Photos : Blaise Adilon

« Silhouette Wall Cuts » et « Living and dying » de Dan Colen (2013) – La Sucrières (crédit : Blaise Adilon)

1 - "Living and dying" de Dan Colen (2013) - "L’artiste se met en scène avec Vil Coyote, Roger Rabbit et le Kool-Aid Guy après une course. Vulnérable, il semble épuisé comme les autres protagonistes, Constat d’échec dans une course à la célébrité ?"

« Sally from the constellation series » de Tavares Strachan (2013) - La Sucrière (crédit : Blaise Adilon)

2 - "Sally from the constellation series" de Tavares Strachan (2013)-"Ce tableau reproduit le visage de la 1ère femme cosmonaute sortie de la mémoire car homosexuelle. Avec cette représentation, l’artiste nous interpelle sur la transmission de l’histoire."

« God Bless Bagdad » de Erró (2003-2005) - La Sucrière (crédit : Blaise Adilon)

3 - "God Bless Bagdad" de Erró (2003-05) - "Erró associe des dessins de protagonistes de la guerre en Irak avec des héros de comics américains. Les Américains sont aussi effrayants que les Talibans."

« Long live the great Union » de Yang Zhen Zhong (2011) - La Sucrière (crédit : Blaise Adilon)

4 - "Long live the great Union" de Yang Zhen Zhong (2011)- "Sur le socle, le visiteur voit une reproduction unitaire de la Cité Interdite, il découvre une œuvre composée de multiples pièces quand il descend. La Chine, divisée derrière l’unité de façade?"

« People who don’t know they’re dead » de Karl Haendel (2013) - La Sucrière (crédit : Blaise Adilon)

5 - "People who don’t know they’re dead" de Karl Haendel (2013)-"Des dessins de photographies d’actualité illustrent la violence dans le monde. Au milieu, des ouvrages rappellent que la peur est autant une conséquence qu’une cause de cette violence."

« 40 black candies is R$1.00 » de Jonathas de Andrade (2013) - La Sucrière (crédit : Blaise Adilon)

6 - "40 black candies is R$1.00" de Jonathas de Andrade (2013)-"Cette œuvre mêle des photos d’ouvriers brésiliens noirs produisant les "bonbons noirs" avec leurs témoignages. Ces témoignages soulignent la disparité de salaires entres eux."

« Untitled » de Glenn Kaino (2013) - MAC (crédit : Blaise Adilon)

7 - "Untitled" de Glenn Kaino (2013)-"Cette œuvre reproduit la course de l’athlète américain Tommie Smith. Celui-ci s’était illustré aux JO de Mexico en 1968 en recevant sa médaille d’or en chaussettes noires, la tête baissée et le poing levé, ganté de noir."

« Succession of three ages » de Mary Sibande (2013) - MAC (crédit : Blaise Adilon)

8 - "Succession of three ages" de Mary Sibande (2013)-"Un mannequin noir est attaché à des cordes violette. Ces cordes font écho aux jets d’encre aspergés par les autorités sud-africaines sur les manifestants anti-apartheid à la fin des années 80."

« Cheezies » de Roe Ethridge (2013) – Fondation Bullukian (crédit : Blaise Adilon)

9 - "Cheezies" de Roe Ethridge (2013)-"L’artiste qui a réalisé les photographies publicitaires de la biennale nous fait entrer dans son intimité avec les photos de ses vacances familiales."

« Barbie Slave Ship » de Tom Sachs (2013) – Eglise Saint-Just (crédit : Blaise Adilon)

10 - "Barbie Slave Ship" de Tom Sachs (2013)-"Au lieu de transporter des esclaves, la caravelle est occupée par des barbies. Tom Sachs constate l’aliénation moderne aux canons de beauté. Cette œuvre est doublement intéressante car exposée dans une église."

voir tous les commentaires

Commentaires

BENDAVID LAURENCE

06/01/2014 14:30

La biennale d'art contemporain nous a montré de belles œuvres, mais comme tout cela est politiquement correct et convenu.
Nous avons connu en 2013 les femen, les pussy riot, la jeune malala, les automnes arabes, l'horreur de la Syrie, la montée des islamistes en Afrique, Kim Jong I et autres horreurs lors des débats du mariage pour tous.
On n'en retrouve rien dans la biennale.
Peut-on encore brandir la presse israélienne et de pauvres enfants levant le poing, sans être ridicule ? alors qu'en Syrie Bachar el Assad assassine son propre peuple à coup d'armes chimiques et qu'on a dénombré en septembre plus de 110 000 morts ?
Les investissements qataris à Lyon ont-ils scellés la liberté des artistes ?
Je reste sur ma faim.

voir tous les commentaires

Tous les champs sont obligatoires

Réservation

Powered by Logo pilgo