Only Lyon - Tourisme et Congrès

Hélène Carleschi, animatrice du patrimoine © Soierie vivante
Visite de l'atelier de passementerie © Soierie Vivante
Les métiers à tisser présentés © Soierie Vivante
© Soierie vivante
© Soierie Vivante
© Soierie Vivante

À la découverte du patrimoine des Canuts

Hélène Carleschi, animatrice du patrimoine pour l’association soierie vivante

Faire revivre un vieil atelier de tissage de la Croix-Rousse, apprendre aux petits Lyonnais à utiliser des métiers à tisser, expliquer l’héritage des Canuts : la Soierie Vivante rend hommage au patrimoine soyeux. Un univers étonnant à découvrir !

Quelles activités la Soierie Vivante propose-t-elle ?

Depuis vingt ans, nous faisons découvrir un atelier de tissage, et tout l’univers rattaché aux Canuts, les tisseurs de soie lyonnais. Nous proposons des visites aux adultes et des initiations au tissage aux enfants. Pendant les visites , nous faisons fonctionner deux de nos quatre métiers à tisser datant du 18 et 19ème siècles, et nous abordons toute l’histoire des Canuts. Les ateliers pour enfants ont lieu pendant les vacances : ils peuvent tisser sur de petits métiers et repartir avec leur confection, leur sac, écharpe ou coussin.

Qu’apprend-on sur l’histoire de la soie lyonnaise durant la visite ?

La visite retrace toute l’histoire de la soie ! Nous racontons l’arrivée de la soie d’Italie et d’Espagne lors des grandes foires lyonnaises du Vieux-Lyon au 15ème siècle, la création de la première manufacture par un Piémontais en 1466, puis l’âge d’or sous le règne de François 1er puis de Louis 14. Les châteaux français étaient alors équipés par les tisseurs lyonnais ! La révolution a marqué un coup d’arrêt pour les tisseurs puis l’industrie s’est à nouveau développée sous l’Empire. Faute de place dans le Vieux-Lyon, les tisseurs se sont installés à la Croix-Rousse. Ce quartier est alors devenu celui des Canuts, dont certains participent encore la renommée lyonnaise.

Quel est l’héritage lyonnais de ces Canuts ?

L’héritage le plus visible est évidemment l’architecture des fameux immeubles Canuts de la Croix-Rousse : des appartements très hauts de plafond pour accueillir les métiers, avec de grandes fenêtres pour tisser à la lumière du jour. A l’époque, les familles vivaient dans leur atelier, elles dormaient au-dessus de leur espace de travail dans les mezzanines.

À l’échelle nationale, nous devons aussi aux Canuts la création de la première mutuelle, société d’entraide entre tous les métiers autour de la soie, tisseurs, négociants…

Où la production lyonnaise en est-elle ? 

Nous avons gardé une vraie expertise autour de la soie avec énormément de tisseurs à Lyon et dans la région. Des sociétés comme Prelle ou Tassinari & Chatel fournissent de grands couturiers, mais aussi la Maison Blanche ou l’Elysée. L’originalité de ce secteur, c’est que certains artisans travaillent encore sur de vieux métiers à tisser, comme ceux que nous présentons. Ce métier est resté très artisanal.

  

Ses coups de cœur lyonnais :

Où déguster une andouillette et une quenelle ?
Au Bouchon des filles vers les Terreaux.

Où faire une balade romantique ?
À la Croix-Rousse vers le jardin des Chartreux pour la magnifique vue sur Lyon !     

Où rencontrer des « vrais » Lyonnais ?
Chez nous, à la Soierie Vivante , nos bénévoles sont Lyonnais et extrêmement attachés à leur patrimoine !

Où faire la fête ?
Au bar les Platanes sur les pentes de la Croix-Rousse, un endroit très sympathique avec des concerts programmés très régulièrement.

Où acheter un souvenir lyonnais ?
Aux Souvenirs de Lyon montée de la Grande Côte, une jolie petite boutique avec beaucoup d’objets dont les fameuses marionnettes lyonnaises.

laisser votre commentaire

laisser votre commentaire

Tous les champs sont obligatoires

Réservation

Plus de critères

Dans cet article

Lyon City Card La visite des ateliers de Soierie Vivante est incluse dans la Lyon City Card